Loi Mobilités : des choix critiqués et insuffisamment inscrits dans une Vision

Les choix faits par le Gouvernement peinent à s’inscrire dans une Vision. Les observateurs, et l'analyse d'INFRASTRUCTURE FRANCE...

…permettent de relever une absence globale de Vision, et de relever un certain nombre de d’insuffisances.

 

 

Parmi les grands projets ou insuffisances, on peut citer :

 

- le report des accès français au tunnel Lyon Turin,

 

- le report du Contournement Ferroviaire de l’Agglomération de Lyon,

 

- l’absence de la jonction Montpellier-Perpignan,

 

- le GPSO ignoré,

 

- le choix d’un niveau d’investissement peu ambitieux,

 

 

- un rôle de « moteur économique », sur la prospérité et l’emploi, rempli par les infrastructures tout à fait sous-estimé,

 

 

- l’absence de financements assurés et existants,

 

- l’imprécision des calendriers,

 

- la mise aux enchères des financements auprès des Régions et collectivités,

 

- la recherche de nouvelles fiscalités,

 

- la quasi absence du Fret et des dessertes des Ports,

 

- l’absence d’une réflexion sur la gouvernance et le pilotage des projets (évaluation, pilotage patrimonial, cout global pluriannuel, obligation d’amortir et de provisionner les risques...

 

- l’absence de financements alternatifs (public/privé),

 

- absence d’approche territoriale en termes d’équité et de développement.

 

Les acteurs ont des visions parfois différentes

 

Tous les acteurs ne s’accordent pas sur les priorités. Par exemple, la FNAUT attend du gouvernement ” qu’il reconnaisse mieux l’importance du transport collectif urbain et interurbain. L’association constate “ qu’aucune analyse prospective des besoins futurs de mobilité et des contraintes (urbanisation littorale, dépendance pétrolière et prix du baril, réchauffement climatique) n’est présentée pour justifier les orientations du gouvernement, aucune hiérarchie nouvelle entre les différents modes de transport n’est définie.”

 

Route ou Rail ?

 

La route reste, selon elle, prioritaire : c’est « le désenclavement routier des villes moyennes et des territoires ruraux » que le gouvernement veut « accélérer ». Or, selon la FNAUT, pour les habitants des villes moyennes et des territoires ruraux, l’urgence n’est pas le désenclavement routier mais la sauvegarde du maillage du réseau ferré : des lignes sont fermées, en particulier dans les zones montagneuses (Massif central, Vosges…).

 

Ces débats sont d’autant plus difficiles à appréhender que le Gouvernement ne définît pas ses objectifs stratégiques et territoriaux dans un cadre où les modes de transports se complètent plus qu’ils ne s’opposent.

 

Jean Armand pour INF FR

 

 

 

 

 

 

 

Nos propositions

proposition Think Tank DIFF 12-10 .pdf
Document Adobe Acrobat 1.1 MB

Présidentielles:       "ADRESSE AUX CANDIDATS" Version 2

adresse aux candidats 23 12 16 2.pdf
Document Adobe Acrobat 1.1 MB

Actualité