BEI : L’Europe a besoin de plus d’investissements destinés à résoudre les problèmes structurels

Selon la BEI,  l’Europe a besoin de plus d’investissements destinés à résoudre les problèmes structurels.

 

Son rapport sur l’investissement pour la période 2017-2018 montre que la croissance des entreprises est davantage freinée par un manque…

 

… de main-d’œuvre qualifiée et la réglementation que par des difficultés de financement.

 

 

Voici la synthèse présentée par la BEI:

 

Les investissements des entreprises sont revenus à leurs niveaux d’avant la crise, mais ces dernières estiment que seule la moitié de leurs équipements est à la pointe de la technologie.

 

Les communes signalent un déficit d'investissement important, notamment dans les transports, les technologies de l'information et de la communication et le logement social. 

 

Le constat

 

La reprise de l’investissement continue à se raffermir en Europe et touche un nombre croissant de pays et de secteurs. Les investissements des entreprises ont retrouvé leurs niveaux d’avant la crise. Néanmoins, les entreprises de même que les communes jugent insuffisants les investissements qu’elles ont réalisés au cours des dernières années. Ces déficits d’investissement dans les infrastructures et l’innovation menacent de saper la compétitivité de l’économie européenne sur le long terme. Les investissements publics sont à leur plus bas niveau depuis 20 ans.

 

Voilà les principales conclusions du rapport de la BEI sur l’investissement pour la période 2017-2018 que la Banque européenne d’investissement (BEI) a présenté à l’occasion de sa conférence annuelle sur l’économie, dont l’édition 2017 était organisée à Luxembourg le 23 novembre. Ce rapport reprend les résultats de l’enquête annuelle de la BEI sur l’investissement (l’enquête EIBIS) menée auprès de 12 500 entreprises de l’UE, qui, cette année, comporte également une enquête conduite dans toute l’Europe auprès de 600 communes.

 

Investissement et croissance : une relation très forte

 

Werner Hoyer, président de la BEI, a commenté ces résultats comme suit : « Il est probable que nous n’ayons plus à stimuler l’investissement pour des motifs purement contracycliques, mais nous devons absolument remédier aux retards d’investissement qui se sont accumulés pendant la crise afin de répondre aux besoins structurels à long terme. Et nous devons surtout acheminer des investissements vers les domaines qui renforceront le potentiel de croissance à long terme de l’Europe. À cette fin, les investissements privés comme publics ont un rôle essentiel à jouer. »

 

Le rapport de la BEI sur l’investissement nous enseigne qu’il est urgent d’accélérer les investissements en faveur de la recherche-développement et d’autres biens immatériels vitaux pour l’innovation, tels que les logiciels, la formation et les capacités organisationnelles. Il montre que le « manque de personnel possédant les compétences adéquates » constitue à l’heure actuelle l’obstacle à l’investissement le plus fréquemment cité, puisqu’il est mentionné par 72 % des entreprises. Suivent l’incertitude générale quant à l’avenir et la réglementation des affaires, de la fiscalité et du marché du travail.

 

Les entreprises appellent de leurs vœux, en priorité, des investissements publics dans la formation professionnelle et l’enseignement supérieur, domaines qui sont suivis de près par les transports et les infrastructures numériques. Si l’accès aux financements s’est amélioré et ne constitue plus une préoccupation que pour une certaine partie des entreprises européennes, celles qui sont jeunes et innovantes demeurent désavantagées.

 

Les besoins collectifs

 

D’après l’enquête EIBIS, les communes perçoivent les mêmes besoins. Un tiers d’entre elles signalent que les investissements mis en œuvre ces cinq dernières années ont été inférieurs aux besoins. Les secteurs les plus affectés sont les transports urbains, les technologies de l'information et de la communication et le logement social. Les autorités locales citent les contraintes budgétaires comme étant le principal obstacle, bien plus que l’accès aux financements. Toutefois, l’enquête EIBIS révèle également le besoin d’une meilleure planification et définition des priorités en matière d’investissements dans les infrastructures, ainsi que la nécessité de disposer de capacités techniques renforcées.

 

Des reformes structurelles indispensables

 

Andrew McDowell, vice-président de la BEI, a fait le commentaire suivant : « Le rapport de la BEI sur l’investissement fait apparaître d’importants déficits d’investissement en Europe, mais aussi la nécessité de procéder à des réformes structurelles. Il importe non seulement d’investir davantage, mais aussi de le faire de manière plus judicieuse et de créer les conditions propices à la réalisation d’investissements.

 

D’une part, les lacunes du marché influent directement sur les décisions d’investissement des entreprises et, d’autre part, elles amoindrissent indirectement la capacité de l’économie à s’adapter rapidement aux évolutions technologiques. »

 

Davantage d'investissements sont indispensables

 

Si l’Europe reste un chef de file en matière d’investissements à l’appui de l’action en faveur du climat, plus d’efforts doivent être consentis. Les investissements en faveur de l’atténuation des changements climatiques ont reculé de 45 milliards d'EUR ces cinq dernières années, passant de 1,6 % du PIB de l’UE en 2012 à seulement 1,2 % en 2016. L’Europe devrait respecter les objectifs qu’elle s’est elle‑même fixés pour 2020, mais davantage d’investissements seront nécessaires si elle veut atteindre ses objectifs pour 2030 et au-delà.

 

« L’occasion s’offre à nous de nous attaquer aux besoins d’investissements structurels au moyen de fonds tant privés que publics », a déclaré Debora Revoltella, économiste en chef de la BEI. « Il y a lieu de redéfinir les priorités en matière d’investissements dans les infrastructures publiques, tout en nous attachant à mieux planifier et hiérarchiser. Dans le même temps, nous devons accorder davantage d’attention à l’innovation, y compris aux investissements dans le capital immatériel, et en particulier dans les compétences.

 

Diversifier les modes de financement

 

Il nous faut promouvoir une plus grande diversification des modes de financement des entreprises afin de favoriser l’innovation tout en étayant la stabilité financière. Même si les conditions de financement se sont améliorées, nous constatons encore que les entreprises jeunes, petites et plus innovantes sont confrontées à de plus grandes difficultés. » 

 

 

www.eib.org/investmentreport

 

http://www.eib.org/attachments/efs/economic_investment_report_2017_key_findings_en.pdf

 

http://www.eib.org/attachments/efs/eibis_2017_european_union_en.pdf

 

 

 

Nos propositions

proposition Think Tank DIFF 12-10 .pdf
Document Adobe Acrobat 1.1 MB

Présidentielles:       "ADRESSE AUX CANDIDATS" Version 2

adresse aux candidats 23 12 16 2.pdf
Document Adobe Acrobat 1.1 MB

Actualité

jeu.

13

juil.

2017

Notre actualité

Lire la suite

sam.

27

mai

2017

TGV « inOui » !

Lire la suite