L'aventure Hyperloop et son management

Bernard LEMAIRE, Directeur des Ressources Humaines a rédigé un article sur les facteurs clés de réussite pour impliquer ses collaborateurs dans un projet...

…collectif ambitieux :

 

« Un mode de transport du futur plus rapide que l’avion : l’Hyperloop, imaginé par Elon Musk, est un projet fou de train supersonique. Le concours Hyperloop Pod Competition, organisé par SpaceX afin de concevoir des capsules Hyperloop, a sélectionné notamment une société, Hardt Global Mobility, qui va installer un centre d'essai aux Pays-Bas afin de tester une infrastructure complète.

 

Son objectif ? Mettre en service une ligne permettant de faire le trajet entre Paris et Amsterdam en 30 minutes seulement, et ce dès 2021 !

 

C’est un projet qui semblait fou il y a encore quelques années, lorsque Elton Musk dévoilait, en 2013, son concept d’Hyperloop. Celui-ci consiste en un double tube surélevé dans lequel se déplacent des capsules transportant voyageurs et/ou marchandises. En 2016, plusieurs sociétés travaillaient sur le développement de cette technologie. La SNCF a ainsi investi dans Hyperloop One. Mais cette start-up n’est pas la seule à se pencher sur la conception d’un Hyperloop : parmi elles, Hyperloop Transportation Technologies (HTT, société allemande), Hardt Global Mobility ou encore la société canadienne Transpod.

 

C’est un travail qu’Elon Musk veut collaboratif : il encourage pour cela l’aspect « open source » et n’a intentionnellement déposé aucun brevet.

 

 Comment une telle émulation a-t-elle pu naître ainsi en moins de deux ans ? Le 12 août 2013, Elon Musk publie en ligne « Hyperloop alpha », livre décrivant ce « cinquième mode de transport » : après les avions, trains, bateaux et voitures, c’est un tube presque entièrement vidé d’air qui va propulser, grâce à des aimants, une capsule lévitant sur un coussin d’air. Cette absence de frottements et de résistance permet à la capsule d’atteindre des vitesses extraordinaires. Ce livre, publié en « open source », est laissé à la disposition d’inventeurs et ingénieurs intéressés à se lancer dans la réalisation de ce projet.

 

Elon Musk garde néanmoins un œil sur ce projet qui lui tient beaucoup à cœur : en janvier 2015, il annonce le début de la construction d’une piste de test pour l’Hyperloop au Texas. En parallèle, il ouvre l’appel à projets aux étudiants et aux entreprises souhaitant se pencher sur cette technologie de transport. Son but : mutualiser les meilleures pratiques et connaissances, tant sur le plan technique que sur le design, etc.

 

Né d’un rêve, le projet d’Elon Musk prend ainsi peu à peu corps pour devenir un jour, qui sait, réalité. C’est le rêve et la dimension incroyable du projet qui ont pu faire avancer Musk et ses équipes : un projet inspirant qui touche aux confins de l’imagination.

 

Sans cette dimension de rêve, Elon Musk n’aurait pas pu susciter autant d’engouement pour son projet. L’Hyperloop a ceci d’extraordinaire qu’il propose de repousser des limites jusqu’ici connues, d’aller plus loin que tout ce qui a été fait auparavant : au cœur du principe d’innovation, il est un bouleversement des modes de pensées et de construction connus jusque là. Il implique des principes – lévitation, propulsion – qui sont encore des champs de possibles à explorer. Nombreux sont ceux qui n’ont pas cru en ce rêve, mais encore plus nombreux sont ceux qui se sont sentis inspirés par celui-ci. Elon Musk a donné aux gens l’envie de le suivre et de relever les défis que comporte cette part d’inconnu. Le projet d’Elon Musk est avant tout un projet de rêve collaboratif :

 

Pour mener à bien cette construction, Elon Musk a également su être à l’écoute de ses équipes – condition indispensable pour avancer ensemble. Chacun apporte en effet des savoir- faires, des expériences et des valeurs qui lui sont propres : cette diversité fait la richesse d’un projet collaboratif. L’enjeu est de savoir s’ouvrir aux autres et être à l’écoute, et d’apprendre à comprendre et à accepter la différence. Ces divergences sont à percevoir comme une potentielle richesse et non comme un obstacle au bon déroulement du projet : pour y parvenir, l’écoute des équipes joue un rôle central.

 

Au sein d’une équipe ainsi hétéroclite, l’on peut alors s’atteler une tâche commune et apprendre à rêver ensemble. Pour cela, il faut décloisonner les organisations et jouer cartes sur table, en étant clair et précis dans la manière dont l’on voit les choses. Décloisonner, c’est abolir les frontières pré-établies par d’anciennes manières de penser : c’est ouvrir la porte à de nouvelles idées, de nouveaux imaginaires, de nouvelles compétences. Ainsi, les organisations peuvent collaborer ouvertement et sans a priori, et mettre leurs connaissances techniques au service d’une même cause.

 

 Elon Musk a donc su donner à de potentiels collaborateurs l’envie de le suivre dans son projet d’Hyperloop : il a su créer, au sein de son équipe, le désir de réussir ensemble et de mettre au point, jusqu’au bout, un rêve qui pouvait sembler fou. Cette implication et cet engagement des collaborateurs dans un projet est la condition sine qua non de sa réussite : ce désir commun de s’élancer vers un rêve que l’on partage est ce qui fait sa force et sa richesse. Sans cela et sans volonté commune d’innover en repoussant les frontières, les projets les plus fous ne verraient pas le jour : proposer du rêve à ses collaborateurs permet d’élargir le champ des possibles, ensemble. « 

 

Nos propositions

proposition Think Tank DIFF 12-10 .pdf
Document Adobe Acrobat 1.1 MB

Présidentielles:       "ADRESSE AUX CANDIDATS" Version 2

adresse aux candidats 23 12 16 2.pdf
Document Adobe Acrobat 1.1 MB

Actualité

jeu.

13

juil.

2017

Notre actualité

Lire la suite

sam.

27

mai

2017

TGV « inOui » !

Lire la suite