Paris/Banlieue, Centres/Périphéries : des Mobilités gravement inégales

Alors que 100% des parisiens peuvent accéder près de chez eux à un transport en commun : métro, tram, bus disposant d’un couloir de circulation dédié, les habitants de Banlieue ne sont que 50% à avoir un tel accès à proximité.

 

 

 

La Mobilité est d’abord une liberté

 

La Mobilité est une liberté fondamentale. Elle est la condition d’un accès non entravé à l’emploi, aux loisirs et à la culture, aux services, aux formations…

 

Cette étude rappelle que la Région Ile de France doit faire face à ce défi qui dépasse les frontières des villes et départements. Elle doit aussi rappeler que la situation est comparable et parfois encore plus inégalitaire dans les régions de France, entre centres villes, périphérie, zones peu denses, territoires ruraux. Sans oublier les quartiers enclavés au sein des métropoles.

 

Il faut rappeler les ordres de grandeur et les poids respectifs des centres et des périphéries. Pour Paris, il s'agit de 2,2 Millions d'habitants et pour sa zone urbaine, 12 Millions d'habitants: l’inégalité territoriale touche donc un très grand nombre de personnes qui, par ailleurs, ne sont pas les mieux situées par rapport à l'emploi et au niveau de vie.

 

 

Des besoins immenses

 

Les voies de progrès pour les transports collectifs sont ainsi tracées, elles le sont tout autant pour d’autres modes de déplacement : voiture, accès aux avions ou aux trains. L’allocation des enveloppes publiques dédiées aux transports a été, dans de nombreux territoires très inégalitaires avec des sommes considérables dédiées aux TRAM et les aménagements « annexes ».

 

Non à la municipalisation de la mobilité

 

Elle rappelle aussi que toute municipalisation des transports – ce qui se passe à Paris – est la marque d’un égoïsme et d’un manque de vision stratégique pour le territoire métropolitain et de l’absence de prise en compte des attentes légitimes des habitants d’une région à accéder à ses destinations, et donc à leur prospérité personnelle.

 

Cela conforte nos propositions relatives à l’Equité territoriale

 

Nous rappelons notre ADRESSE AUX CANDIDATS des Présidentielle qui insiste sur ce point et reprenons ci-contre l’article d’Anne-Aël Durand du Monde.

 

 

Jean Armand

 

 

 

 

 

« 100 % des habitants proches des transports en commun à Paris… mais pas en banlieue

 

 

"Si vous habitez Paris, vous êtes assurés à 100 % d’accéder près de chez vous à un transport en commun : métro, tram, bus disposant d’un couloir de circulation dédié… La capitale française arrive en tête d’un classement réalisé par l’Institute for Transportation and Development Policy (ITDP). Dans un rapport, publié mardi 11 octobre, cet organisme spécialisé dans les transports en commun a recensé dans 26 métropoles mondiales le nombre de personnes habitant à moins d’un kilomètre d’un réseau « efficace », c’est-à-dire rapide, fréquent, avec des arrêts rapprochés.

 

Les villes européennes s’en sortent bien

 

L’étude a choisi des métropoles parmi les plus densément peuplées de la planète. Paris est la seule à atteindre le taux de 100 %, mais d’autres villes européennes s’en sortent bien : Madrid, Londres, Rotterdam…

 

En revanche, on trouve en bas du classement des villes qui se sont développées plus récemment et rapidement, sans que les infrastructures puissent suivre : Johannesbourg, Brasilia, Sao Paulo…

 

La situation la plus contrastée se trouve aux Etats-Unis, avec un décalage important entre New York (77 % d’habitants proches des transports) ou Boston, et des métropoles comme Chicago (40 %) et Los Angeles (24 %) ;17 % à Brasilia.

 

Pour élargir son échelle et comparer des configurations très diverses, l’ITDP ne s’est pas cantonné aux limites administratives de la ville, mais a étudié l’aire urbaine des villes, qui peut être beaucoup plus vaste.

 

Ainsi, pour Paris, on passe de 2,2 millions à 12 millions d’habitants. Et, sans surprise, l’accessibilité en transports en commun se dégrade alors rapidement : seules 50 % des personnes vivant en banlieue parisienne disposent au moins d’un arrêt de transport près de chez eux. Ce décalage centre périphérie est encore plus net à Washington (57 % contre 12 %) ou à Buenos Aires (65 % contre 15 %).

 

Cette étude, publiée avant une conférence de l’ONU sur le logement et le développement durable organisée à Quito (Equateur) le 17 octobre, déplore le manque d’investissement dans les transports en commun, qui encourage la circulation automobile en ville. »

 

 

Nos propositions

proposition Think Tank DIFF 12-10 .pdf
Document Adobe Acrobat 1.1 MB

Présidentielles:       "ADRESSE AUX CANDIDATS" Version 2

adresse aux candidats 23 12 16 2.pdf
Document Adobe Acrobat 1.1 MB

Actualité

jeu.

13

juil.

2017

Notre actualité

Lire la suite

sam.

27

mai

2017

TGV « inOui » !

Lire la suite