Innover dans les transports

« Les développements technologiques des 20 à 50 prochaines années – loin d’une prétendue « stagnation » de la « croissance » - servis par des progrès technologiques fulgurants,...

…bouleverseront notre vie de tous les jours au moins autant qu'elle l'a été, disons par la généralisation de l'électricité, de l'automobile, etc. dans les années 1920-1970. Examinons sommairement le cas des transports ..., c’est ainsi que s’ouvre la publication récente « Demain, les transports ... » par Pierre TARISSI, Business Angel, ingénieur Arts et Métiers, ESSEC, et dont nous reprenons ici le texte.

 

« Les voies publiques d’une grande ville ne peuvent aujourd’hui accueillir les véhicules individuels de tous les résidents, professionnels, touristes. L’INRETS (INstitut de REcherche des TransportS) a des modèles sur ce sujet, établis avec les paramètres des parcs de véhicules existants. L’IAU IdF travaille aussi sur les répartitions par mode de déplacement (Schéma Directeur avec « Rocade Express » du Grand Paris par exemple).

 

Des progrès technologiques et organisationnels convergents ...

 

L'immortel « anémélectrorécupédalicoupeventombrosoparacloucycle » du non moins immortel Cosinus illustre ces propos, mais dès aujourd'hui, les véhicules autonomes – sans conducteur - existent déjà au labo, certains sont sur la route ou sur les rails (métros), et les automobiles et utilitaires de série progressent de plus en plus vite vers cette condition. En parallèle, on voit se développer le modèle économique « Autolib » ou autres du même tonneau dans diverses villes de France. Enfin, des modèles de covoiturage instantané (genre Blablacar) sont en expansion foudroyante.

 

Aujourd’hui, « Autolib » et autres sont des brouillons technologiques et organisationnels. Demain (20-40 ans), les véhicules partagés seront sans doute entièrement autonomes, sans conducteur, et entièrement automatiques.

 

Ces véhicules autonomes, communiquant en permanence entre eux, seront capables de se regrouper en « trains » pour des trajets ou des portions de trajets qu'ils se communiqueront également en permanence. Le tout optimisé par leur GPS et leur information permanente sur l'état du trafic dans leur environnement ... C’est à peine une anticipation, ce type d'outil logiciel est quasiment opérationnel dès aujourd'hui, et les labos actuels sont tout proches de ce genre de véhicule.

 

… et de leurs conséquences énormes sur de larges pans de l’économie …

 

La conjugaison des trois (« Autolib » + véhicule autonome + Blablacar) poussée dans ces directions et la généralisation des télécoms à très haut débit - donc de la réalité virtuelle - semble re-poser totalement la question des infrastructures de transport des villes, et en particulier des villes importantes - donc l'urbanisme de ces villes.

 

En effet, les conséquences y afférentes sont potentiellement énormes :

 

    - Plus de véhicules en stationnement, sauf parkings automatisés,

 

    - Nombre total de véhicules très diminué,

 

    - Plus de feux rouges, et en principe « débit » des voiries existantes fortement augmenté

 

On peut y ajouter les évolutions potentielles des transports à longue distance (plus de 200 km) avec l'émergence future de systèmes type Hyperloop (ou autres ...) capables de remplacer à la fois l'autoroute, le train voire l'avion … et même sur l’organisation de l’espace urbain !

 

A partir du moment où un particulier peut à tout instant demander un véhicule qui :

 

    - vient le récupérer devant chez lui,

    - le conduit à destination de façon entièrement automatique,

    - le tout avec zéro accident, zéro feu rouge et zéro embouteillage,

    - lui permet durant le trajet de continuer ses activités en restant branché aux réseaux de télécom haut débit,

 

que deviennent les besoins :

 

    De transports en commun (et donc de sites propres, de véhicules, de gares, etc.) ?

    De véhicules automobiles ?

    De parkings - individuels et collectifs ?

 

Des éléments de réponse sont intéressants pour approcher des questions de fond pour l'avenir de nos villes :

 

    Dans quel sens « orienter » la Recherche et la R&D sur ces points ?

    Comment vont évoluer les business models des acteurs (très nombreux) de ces secteurs ?

    Quelles innovations technologiques « pousser » en termes de financement d'entreprises ?

 

Ce que fait l’INRETS sur ces sujets ne semble pas largement médiatisé. On n’entend pas vraiment les politiques l’aborder quand ils parlent du « grand Paris » et pourtant notre avenir ressemblera certainement à quelque chose de très différent, mais encore beaucoup plus surprenant que les réponses aux questions ci-dessus !

 

Nous voulons des gouvernants visionnaires !

 

Alors, on se met tout de suite à travailler, et c’est certainement plus passionnant que la courbe du chômage. En prime, ça contribuera certainement à l’inverser. Et on se rappelle que la France de 1914, c’était AUSSI 50% de la production automobile MONDIALE.

 

Evidemment, tout cela passe par une augmentation RADICALE des crédits de la Recherche et une augmentation tout aussi radicale de leur performance !

 

Nous avons besoin pour cela d'un gouvernement visionnaire et pas seulement de comptables obsédés par un PIB en carton-pâte fourré de papier mâché !"   Pierre TARISSI

 

 

Nos propositions

proposition Think Tank DIFF 12-10 .pdf
Document Adobe Acrobat 1.1 MB

Présidentielles:       "ADRESSE AUX CANDIDATS" Version 2

adresse aux candidats 23 12 16 2.pdf
Document Adobe Acrobat 1.1 MB

Actualité

jeu.

13

juil.

2017

Notre actualité

Lire la suite

sam.

27

mai

2017

TGV « inOui » !

Lire la suite