Les enjeux environnementaux du transport maritime

Récemment l’ONU a ouvert les premiers accords sur la protection de l’environnement maritime, une promesse faite à Paris, lors...

..de la COP21 (la conférence climat) en décembre 2015. Nous reprenons ici un article de Gérard Feldzer (France Info) consacré – quelques jours avant les débats – aux enjeux environnementaux du transport maritime.

 

TEXTE DE L’ARTICLE : Le transport maritime, l'océan et le climat

 

Les transports aériens et maritimes avaient été exclus des accords de Paris contre l’engagement de propositions concrètes en 2016, de la part de l’OACI (Organisation de l’Aviation Civile Internationale) d’une part, et de l’OMI (Organisation Maritime Internationale) d’autre part. Pour cette dernière on espère que des accords seront signés la semaine prochaine.

 

Le plus important est celui portant sur le système de déclaration et surveillance obligatoires des émissions de CO2 du transport maritime

 

En effet, il faut savoir que ni l’aviation ni la marine ne paient de taxes sur les produits pétroliers, nous sommes encore loin du principe pollueur payeur…mais il est vrai que la marine reste encore le transport le moins polluant à la tonne transportée par kilomètre.

 

Le transport maritime n’est responsable que de 3% des émissions totales de CO2, mais ce n’est pas une raison pour ne rien faire.

 

Patrick Boissier, président du Gican (Groupement des Industries de Construction et Activités Navales) nous rappelle que le transport maritime est 100 fois moins émetteur de CO2 que le transport aérien à la tonne transportée, il énumère les solutions techniques telles que les récupérateurs de chaleur dans les échappements, le captage des fumées toxiques, les peintures et les formes des carènes pour améliorer l’hydrodynamique, les carburants alternatifs, sans oublier l’écoconception des navires et les problèmes liés aux déconstructions.

 

Il y a quand même un problème : 90% des marchandises au niveau mondial sont transportées par bateaux et la progression est constante.

 

L’association Européenne Surfrider co-fondatrice de la plateforme Océan et Climat alerte l’opinion et les politiques sur l’urgence de prendre dès maintenant les bonnes décisions sur le contrôle et la réduction des gaz à effet de serre.

La porte-parole Antidia Citores signale par ailleurs que si rien n’est fait, le transport maritime sera responsable en 2030 de 17% des émissions de gaz à effet de serre.

 

Le fuel lourd utilisé par les bateaux est 2 000 fois plus toxique que le diesel routier, notamment par les émissions de dioxyde de soufre qui, entre autres, acidifient les pluies et provoquent selon les experts 60 000 décès prématurés par an.

 

C’est pourquoi les armateurs de France, en tant que clients, travaillent également sur le bateau du futur. Eric Banel, délégué général des Armateurs de France, énumère les solutions techniques pouvant être mises en place à court et moyen terme.

 

Il est actuellement présent à la table des négociations au sein de l’OMI pour faire sortir un texte législatif signé par les états.

 

Outre les bateaux, les ports sont aussi concernés. On peut imaginer des ports à énergie positive en équipant le foncier et les immenses bâtiments avec des panneaux solaires. On peut également alimenter les gros bateaux à quai.

 

Frédéric Moncany de Saint Aignan, Président du cluster maritime français prend l’exemple de ces énormes bateaux de croisière, de plus en plus nombreux, qui accostent dans des ports en continuant de faire tourner leurs machines au fuel lourd pour fournir l’énergie aux quelque 10 000 personnes à bord.

Des groupes électrogènes flottants et puissants, fonctionnant au GNL (gaz naturel liquéfié) pourraient être branchés ce qui éviterait de polluer l’atmosphère lors des escales dans des petites îles par exemple.

 

Compte tenu du fait que les navires sont en très grande majorité sous pavillon de complaisance, et immatriculés dans des paradis fiscaux, un accord contraignant (taxer le carbone, réguler les démantèlements, etc…) ne sera pas facile à obtenir.

 

On parle déjà de certains pays comme la Chine qui sont "vent debout" contre une taxation quelconque. (COSCO, China Ocean Shipping Company, est actuellement le plus grand groupe maritime au monde, présent dans tous les secteurs d'activités).

Nous verrons la semaine prochaine, qui, des lobbies de l’industrie maritime internationale, ou des états, notamment européens, gagnera la bataille de la réduction des gaz à effet de serre.

 

Les constructeurs et les armateurs français et européens y croient néanmoins. Catherine Chabaud qui connait bien la mer (navigatrice avec 14 traversées de l’Atlantique dont 4 en solitaire, 2 tours du monde en solitaire et sans escale) vient d’être nommée Déléguée à la mer et au littoral au Ministère de l’Écologie. Elle tente de mobiliser les responsables au travers notamment de l’organisation des Conférences nationales de l’océan en rappelant une jolie phrase issue de la COP 21 : "Un océan en bonne santé, c’est un climat préservé".

 

Nos propositions

proposition Think Tank DIFF 12-10 .pdf
Document Adobe Acrobat 1.1 MB

Présidentielles:       "ADRESSE AUX CANDIDATS" Version 2

adresse aux candidats 23 12 16 2.pdf
Document Adobe Acrobat 1.1 MB

Actualité

jeu.

13

juil.

2017

Notre actualité

Lire la suite

sam.

27

mai

2017

TGV « inOui » !

Lire la suite