"Un Etat moderne est un Etat moins cher''

L'économiste Jean-Paul Betbeze était récemment  l'invité de BFM Business. Il a notamment expliqué que la lutte contre le chômage passe par la modernisation de l'Etat…


…Il a estimé que les emplois aidés ne remplacent pas les emplois générés par les privés et a fortement insisté sur un point: la modernisation de l’Etat.

 

La réduction du cout du travail passe par la modernisation de l’Etat

L’ancien économiste du Crédit Agricole a  déclaré que « le fameux choc de simplification, en réalité, revient à créer un Etat plus efficace c’est-à-dire un Etat moderne. Et un Etat moderne est un Etat moins cher, qui en quelque sorte aide à l’emploi ».

« Si nous n’arrivons pas à réduire et à moderniser l’Etat nous ne réduirons pas vraiment le coût du travail », a-t-il affirmé avant d’expliquer qu’il faut cibler « le coût du travail qui ne bénéficie pas au salarié et qui est payé par l’entreprise. C’est en fait le surcoût d’une organisation publique qui n’est pas assez efficace ».

Jean-Paul Betbeze a également prévenu que « l’Etat doit aller beaucoup plus vite en besogne, autrement la crise nous rattrapera » et avec elle « les baisses de salaires ».

 

Le problème fondamental est « le dynamisme du secteur privé »

Alors que le gouvernement met actuellement l’accent sur les emplois aidés, et plus précisément les emplois d’avenir, pour lutter contre le chômage, l’économiste a été catégorique: « Le problème fondamental est le dynamisme de l’emploi privé. Ce dernier est l’emploi de ‘fond' ».  L’emploi subventionné ne peut le remplacer. Or l’emploi de fond est en panne car « pour le moment nous n’avons pas suffisamment de croissance. »

Pourtant François Hollande voit lui poindre la reprise. « Il ne peut pas vraiment dire autre chose », a enchaîné Jean-Paul Betbeze qui estime que le président constate avant tout que l’activité, en Europe notamment, a atteint son point bas. Reste à savoir comment elle va repartir.

 

 « L’Europe est un grand groupe de Weight Watchers »

Par ailleurs, l’économiste a estimé que « l’Europe est un grand groupe de Weight Watchers », en raison de la cure d’austérité que se sont imposés plusieurs pays du Vieux Continent.

« Quand tout le monde maigrit ensemble, tout le monde maigrit plus que ce qui était prévu » et « le FMI n’avait pas prévu l’intensité de ce phénomène », a-t-il ajouté. « Il n’avait pas prévu l’instabilité du multiplicateur fiscal » a-t-il détaillé, c’est-à-dire que les ménages s’adaptent aux hausses d’impôts en réduisant leurs dépenses.

Nos propositions

proposition Think Tank DIFF 12-10 .pdf
Document Adobe Acrobat 1.1 MB

Présidentielles:       "ADRESSE AUX CANDIDATS" Version 2

adresse aux candidats 23 12 16 2.pdf
Document Adobe Acrobat 1.1 MB

Actualité

jeu.

13

juil.

2017

Notre actualité

Lire la suite

sam.

27

mai

2017

TGV « inOui » !

Lire la suite