Plutarque : « Il faut inventer en même temps que l'on apprend »

« La couleur tendance est le morose ! » ainsi débute l’éditorial de Philippe BIGOT -  et dont le titre est « morosité » -  pour Convergence Conseil que nous reprenons ici et qui met en exergue la citation de Plutarque : «  Il faut inventer en même temps que l'on apprend. »…

…«  Les médias n’ont de cesse de nous le dire : les investisseurs n’investissent pas, les actionnaires attendent mieux, les syndicats revendiquent un peu, le « produit intérieur brut » est en berne, les entrepreneurs manquent de visibilité. En résumé, les choses vont mal et, les français n’ont pas le moral.

 

A se demander si nous ne sommes pas en train de développer une nouvelle norme : la plainte collective et nationale. Un « ça ne va pas » récurrent, symptôme d’un futur qui aurait perdu son pouvoir d’attraction. Du reste, le marketing de la nostalgie, les discours passéistes et régressifs, les vieilles lunes des lendemains qui chantent se portent, eux, très bien !

 

Les baromètres de mesure du moral collectif, de confiance en l’avenir et en l’économie ne nous disent finalement qu’une seule vérité : l’indissoluble subjectivité humaine. Toute activité est activité humaine, à ce titre, celle-ci est soumise aux processus qui organisent et régissent la vie psychique individuelle et collective. Parmi ces activités humaines, l’économie devenue mesure étalon de notre moral collectif n’échappe pas à ces processus.

 

Les mathématiques, les statistiques et l’ensemble de l’appareillage scientifique dont l’économie se pare, dans un souci constant d’objectivité et de rationalité, ne changent rien à ceci : elle ne peut se soustraire à la façon dont on imagine le futur, elle ne peut se soustraire aux processus psychiques.

 

N’y aurait-il donc pas là quelques clés pour penser les choses autrement ? Et il est bien possible que le poète avait quelque chose à nous faire entendre:

 

« le futur n’est pas le résultat de choix parmi différents chemins offerts par le présent, mais un endroit créé d’abord dans l’esprit et la volonté, créé ensuite dans l’activité. Le futur n’est pas un endroit où nous nous rendons, mais un endroit que nous créons. Les chemins ne sont pas à trouver, mais à tracer ; et l’activité pour les réaliser change à la fois celui qui les fait et la destination… ». John Schaar.

De quoi fabriquer quelques clés en somme… »

 

…«  Les médias n’ont de cesse de nous le dire : les investisseurs n’investissent pas, les actionnaires attendent mieux, les syndicats revendiquent un peu, le « produit intérieur brut » est en berne, les entrepreneurs manquent de visibilité. En résumé, les choses vont mal et, les français n’ont pas le moral.

 

A se demander si nous ne sommes pas en train de développer une nouvelle norme : la plainte collective et nationale. Un « ça ne va pas » récurrent, symptôme d’un futur qui aurait perdu son pouvoir d’attraction. Du reste, le marketing de la nostalgie, les discours passéistes et régressifs, les vieilles lunes des lendemains qui chantent se portent, eux, très bien !

 

Les baromètres de mesure du moral collectif, de confiance en l’avenir et en l’économie ne nous disent finalement qu’une seule vérité : l’indissoluble subjectivité humaine. Toute activité est activité humaine, à ce titre, celle-ci est soumise aux processus qui organisent et régissent la vie psychique individuelle et collective. Parmi ces activités humaines, l’économie devenue mesure étalon de notre moral collectif n’échappe pas à ces processus.

 

Les mathématiques, les statistiques et l’ensemble de l’appareillage scientifique dont l’économie se pare, dans un souci constant d’objectivité et de rationalité, ne changent rien à ceci : elle ne peut se soustraire à la façon dont on imagine le futur, elle ne peut se soustraire aux processus psychiques.

 

N’y aurait-il donc pas là quelques clés pour penser les choses autrement ? Et il est bien possible que le poète avait quelque chose à nous faire entendre:

 

« le futur n’est pas le résultat de choix parmi différents chemins offerts par le présent, mais un endroit créé d’abord dans l’esprit et la volonté, créé ensuite dans l’activité. Le futur n’est pas un endroit où nous nous rendons, mais un endroit que nous créons. Les chemins ne sont pas à trouver, mais à tracer ; et l’activité pour les réaliser change à la fois celui qui les fait et la destination… ». John Schaar.

De quoi fabriquer quelques clés en somme… »

 

…«  Les médias n’ont de cesse de nous le dire : les investisseurs n’investissent pas, les actionnaires attendent mieux, les syndicats revendiquent un peu, le « produit intérieur brut » est en berne, les entrepreneurs manquent de visibilité. En résumé, les choses vont mal et, les français n’ont pas le moral.

 

A se demander si nous ne sommes pas en train de développer une nouvelle norme : la plainte collective et nationale. Un « ça ne va pas » récurrent, symptôme d’un futur qui aurait perdu son pouvoir d’attraction. Du reste, le marketing de la nostalgie, les discours passéistes et régressifs, les vieilles lunes des lendemains qui chantent se portent, eux, très bien !

 

Les baromètres de mesure du moral collectif, de confiance en l’avenir et en l’économie ne nous disent finalement qu’une seule vérité : l’indissoluble subjectivité humaine. Toute activité est activité humaine, à ce titre, celle-ci est soumise aux processus qui organisent et régissent la vie psychique individuelle et collective. Parmi ces activités humaines, l’économie devenue mesure étalon de notre moral collectif n’échappe pas à ces processus.

 

Les mathématiques, les statistiques et l’ensemble de l’appareillage scientifique dont l’économie se pare, dans un souci constant d’objectivité et de rationalité, ne changent rien à ceci : elle ne peut se soustraire à la façon dont on imagine le futur, elle ne peut se soustraire aux processus psychiques.

 

N’y aurait-il donc pas là quelques clés pour penser les choses autrement ? Et il est bien possible que le poète avait quelque chose à nous faire entendre:

 

« le futur n’est pas le résultat de choix parmi différents chemins offerts par le présent, mais un endroit créé d’abord dans l’esprit et la volonté, créé ensuite dans l’activité. Le futur n’est pas un endroit où nous nous rendons, mais un endroit que nous créons. Les chemins ne sont pas à trouver, mais à tracer ; et l’activité pour les réaliser change à la fois celui qui les fait et la destination… ». John Schaar.

De quoi fabriquer quelques clés en somme… »

 

Nos propositions

proposition Think Tank DIFF 12-10 .pdf
Document Adobe Acrobat 1.1 MB

Présidentielles:       "ADRESSE AUX CANDIDATS" Version 2

adresse aux candidats 23 12 16 2.pdf
Document Adobe Acrobat 1.1 MB

Actualité

jeu.

13

juil.

2017

Notre actualité

Lire la suite

sam.

27

mai

2017

TGV « inOui » !

Lire la suite