Le droit des français à être bien gouverné

Le  Think tank Synopia, présidé par Alexandre Malafaye, a publié un appel en faveur d’une nouvelle gouvernance de  la France. Notre think tank plaide pour une rénovation de l’action publique associant tous les acteurs, privés comme publics.

Améliorer la gouvernance publique

 

Synopia s’attache plutôt aux aspects  relatifs à la gouvernance politique en proposant des pistes d'amélioration. « Il est temps, selon eux,  d'insuffler de vraies réformes efficaces, et cassant les archaïsmes ». Nous en reproduisons ici le texte.

 

L’appel de Synopia et ses huit propositions

 

« La France est un pays formidable. Son histoire est glorieuse. Ses territoires, ses ressources et ses atouts sont suffisants pour assurer une prospérité durable à ses concitoyens. Elle se voit toujours un avenir en propre. Les événements dramatiques du mois de janvier 2015 rappellent et confirment que le peuple français est capable de s’unir et de se mobiliser lorsqu’il se sent atteint dans ses valeurs essentielles. Mais le système politique de notre pays n’est plus à la hauteur des défis auxquels la France est confrontée, de nombreux indicateurs en attestent, conduisant ainsi, lentement mais sûrement, la France au désastre.

 

À l’évidence, les priorités des Français vont à l’emploi, à l’éducation, au retour de la croissance et aux questions de sécurité. Pour autant, la rénovation de nos pratiques politiques et la modernisation de nos institutions constituent un préalable sans lequel aucune politique de fond ne pourra être menée. Nous le constatons depuis plusieurs décennies : l’impuissance publique est devenue la règle, et la réforme de fond menée à terme, l’exception. La France est mal gouvernée et les partis traditionnels ne parviennent plus à répondre aux attentes des Français. Cette réalité pénalisante constitue un obstacle majeur sur le chemin du bien vivre ensemble et de la prospérité commune que nous sommes en droit d’espérer. Notre système de gouvernement a laissé les élites au pouvoir s’écarter progressivement du service de l’intérêt général et des citoyens au profit de la satisfaction prioritaire d’intérêts particuliers, corporatistes ou financiers.

 

Les faits sont là. Ils sont têtus. La France accumule les retards. Sa puissance, son attractivité, sa compétitivité et son rayonnement déclinent, tandis que la pauvreté et les inégalités s’y développent dans la confusion des maux et des mots. Elle ne parvient pas à se réformer ; sa cohésion et sa sécurité sont menacées par les communautarismes ; sa jeunesse doute de l’avenir, l’anxiété collective progresse, et rien ne permet de relancer l’économie ni de créer assez d’emplois ; dès lors, les activités criminelles et souterraines prospèrent.

 

Pourtant, les moyens publics restent considérables et comptent parmi les plus importants au monde, en proportion de la taille de notre pays ; de même, l’emprise de l’État sur le secteur économique et marchand demeure très prégnante. Certes, des milliers d’initiatives citoyennes généreuses tentent de compenser les défaillances publiques, mais face à la forte accumulation des dérèglements et des désordres, elles sont insuffisantes pour y parvenir.

 

Foncièrement responsable du désastre ambiant, la classe politique française, avec ses partis discrédités et ses corps intermédiaires qui ont perdu leur représentativité, ne se soucie plus guère du Bien Commun. Trop souvent mus par leurs seules ambitions électorales, ses membres s’obstinent à maintenir un système qui entretient les corporatismes archaïques, confisque la pensée, encourage le clientélisme, empêche les consensus, et se contente de réagir lorsque survient une crise.

 

Le déficit de sens de l’Etat, l’insuffisance de l’autorité publique, l’absence de vision prospective, la perte du bon sens élémentaire, et le manque de courage politique ont fini par placer notre pays dans une situation dramatique.

 

Face à ce constat alarmant sur l’état réel de notre démocratie, nous lançons donc un appel en direction de tous les Français et les Françaises, pour qu’ils revendiquent le droit d’être bien gouvernés. Celui-ci s’inscrit dans le prolongement naturel de la Charte des droits de l’Homme et constitue la juste contrepartie du pouvoir considérable confié à l’autorité politique : pouvoir d’encadrer les libertés et de réguler l’économie, de représenter la France, d’exercer la dissuasion nucléaire, d’engager les forces armées, de légiférer et de lever l’impôt, d’organiser l’éducation, d’assurer les missions de police et de justice.

 

Pour rétablir l’indispensable lien de confiance entre les Français et leurs dirigeants, le prochain système politique devra encourager ses acteurs à privilégier l’intérêt de l’ensemble des Français. A cet effet, il devra permettre d’inscrire la gouvernance de notre pays dans la perspective du long terme, sans servir à l’excès les logiques partisanes et les intérêts immédiats. Cette refondation de nos pratiques politiques doit aussi stimuler le dialogue politique et l’envie de nos compatriotes de se mettre au service de la France.

 

Huit propositions nous semblent dès lors incarner l’esprit du droit à être bien gouverné, et leur réalisation permettrait de concrétiser l’ambition première de notre Constitution, l’établissement d’un gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple :

 
-       Prendre en compte le vote blanc en tant que suffrage exprimé, afin de permettre au citoyen de rejeter l’offre politique si elle ne lui convient pas.
-       Instaurer un mandat présidentiel unique de sept ans, pour donner du temps à l’action politique et stopper cette insupportable course à la réélection.
-       Harmoniser le calendrier électoral, en regroupant les élections sur un cycle de deux ans et demi, afin d’éviter aux Français d’aller aux urnes tous les ans.
-       Interdire le cumul des mandats et les limiter à deux exercices successifs, pour prévenir d’une professionnalisation excessive de la vie politique, assurer le renouvellement régulier des élus, et lutter ainsi contre la constitution de « systèmes ». En parallèle, la question du statut des élus, qu’ils viennent du secteur privé, de la société civile ou de la fonction publique, devra être enfin traitée.
-       Supprimer les cabinets politiques en doublure des instances publiques, et développer le travail direct entre l’échelon politique et l’échelon administratif par la remise de « feuilles de route » publiques des exécutifs élus aux responsables de l’administration.
-       Limiter structurellement à une quinzaine le nombre de ministères, figer leur périmètre, et stabiliser durablement leur implantation.
-       Réformer une fois pour toutes le « millefeuille » des Collectivités territoriales, pour n’en garder que deux niveaux politico-administratifs.
-       Recourir au référendum pour approuver ces dispositions nouvelles, ainsi que toutes celles d’envergure nationale qui ont ou auront vocation à refonder la vie politique de notre pays.
 

Nous en appelons donc à l’ouverture d’un grand débat citoyen sur la façon dont nous voulons être gouvernés. Mené par la société civile, il doit commencer dès aujourd’hui, pour se développer jusqu’à l’élection présidentielle de 2017. Il devra aboutir à la rédaction d’une charte du droit à être bien gouverné que chaque candidat devrait approuver et s’engager à mettre en œuvre en cas d’élection. 

 

C’est seulement au terme de cette nécessaire étape de rénovation et de modernisation de nos institutions que nous pourrons ouvrir une nouvelle page de notre Histoire et qu’ensemble, nous œuvrerons pour faire de la France une Nation où l’Homme occupe la place centrale ; une Nation qui inspirera les autres pays. »

Nos propositions

proposition Think Tank DIFF 12-10 .pdf
Document Adobe Acrobat 1.1 MB

Présidentielles:       "ADRESSE AUX CANDIDATS" Version 2

adresse aux candidats 23 12 16 2.pdf
Document Adobe Acrobat 1.1 MB

Actualité

jeu.

13

juil.

2017

Notre actualité

Lire la suite

sam.

27

mai

2017

TGV « inOui » !

Lire la suite