Le  premier observatoire régional des infrastructures 

Il s’agit du premier observatoire régional  en France créé pour sensibiliser et mobiliser sur la qualité de service des infrastructures. Il s’adresse à un certain nombre d’acteurs de l’entretien et des investissements des infrastructures,…

… et de manière générale à toutes les parties prenantes concernées par le rôle des infrastructures dans la croissance et l’emploi.
 
L’ORQUASI va lancer très prochainement son application web & smartphone #SmartCity. Elle permettra aux citoyens de signaler à l’administration compétente les problèmes liés à l’espace public. Ce dispositif est tout à fait exemplaire, même si certaines collectivités avaient déjà, pour leurs propres patrimoines et réseaux, mis en place des dispositifs d’alerte. Le Département du LOIRET avait été précurseur en la matière avec la mise en place d’un Numéro Vert il y a 6 ans, ce numéro étant largement diffusé, et y compris sur les véhicules de service du Conseil Général.
 
Voici comment son  Président présente l’observatoire :
 
Jean-Louis Chauzy : « Nous savons tous ce qu’est une route, un pont, une canalisation d’eau ou d’assainissement voire de gaz, une voie ferrée, un réseau d’électricité ou de télécommunication… et nous profitons tous du confort de l’ensemble de ces infrastructures… 
 
Mais, en connaissons-nous seulement le fonctionnement ou l’état ? Avons-nous une idée précise de la manière dont ces réseaux d’infrastructures sont gérés, entretenus, ou encore de la régularité de leur entretien ? Sommes-nous capables de dire avec certitude si notre commune, ou la communauté d’agglomération à laquelle elle appartient, investit à long terme sur ses routes ou sur ses réseaux ? 
 
Malheureusement, la réponse à toutes ces questions est « non » et pourtant, ces questions sont fondamentales et les infrastructures sont essentielles à la vie de nos territoires et de nos citoyens... 
 
Vieillissement et précarité : « Infrastructures, l’état d’urgence ». Il est urgent de sensibiliser et d’alerter sur les infrastructures, sur ce patrimoine public…  
 
Pour y répondre, l’ORQUASI, et les acteurs socio-économiques de Midi-Pyrénées qui le composent, est là pour vous aider, pour vous accompagner » 
 
Les objectifs de l’ORQUASI
 
-       Promouvoir et valoriser les politiques publiques axées sur la préservation et le renforcement de la qualité de service des infrastructures de réseaux 
-       Aider les collectivités décisionnaires en matière d’investissement 
-       Sensibiliser le public, les élus, et la société civile à l’importance du renouvellement et de l’entretien régulier des infrastructures de réseaux et aux enjeux qui leur sont afférents.
 
Les  services mis à disposition :
 
-       Le site internet : informations générales sur les infrastructures, les projets et les actualités.
-       Une application : disponible via internet/smartphone, elle permet aux citoyens de signaler aux autorités un dysfonctionnement ou une anomalie dans un espace public (voirie dégradée, fuites d’eau, éclairage public défaillant, …).
-       L’extranet / Espace membres : documentations et informations réservées aux adhérents. 
-       Les éditions : newsletters pour suivre l’ORQUASI, les actualités, les évènements, la veille thématique.
-       La mise en réseau, les retours d’expériences : mise en relation des interlocuteurs pour identifier les projets, les accompagner, les financer.
-       Les clubs de réflexion : réunions de « Brainstorming » sur les axes thématiques et stratégiques de l’ORQUASI.
 
Les partenaires que sollicite l’ORQUASI
 
-       Les  maîtres d’ouvrage qui  manquent parfois des moyens nécessaires à la mise en place d’un diagnostic complet des  réseaux d’infrastructures et de  leur entretien à long terme. 
-       Les collectivités qui  souhaitent  avoir une meilleure connaissance de leur patrimoine et qui ont pour ambition d’engager ou de développer  une démarche efficace de recensement, de diagnostic et d’entretien des infrastructures. Il s’agit aussi de développer  l’idée de partager les bonnes pratiques avec d’autres collectivités de la région. 
-       Les  dirigeants ou collaborateurs d’entreprises qui  souhaitent partager leur expertise technique ou technologique en matière de fabrication, de diagnostic et d’entretien des infrastructures de réseaux.
-       Des membres  du monde académique (universités, grandes écoles, écoles d’ingénieurs…) qui détiennent de  par leurs travaux de recherche, une expertise qu’ils souhaitent  diffuser auprès des élus, des acteurs socio-économiques et des citoyens de la région Midi-Pyrénées.
-       Les  acteurs de la société civile qui partagent les  craintes sur les risques inhérents au manque d’entretien et d’investissements en matière d’infrastructures.
-       Tous ceux qui veulent  participer à la communication et à la sensibilisation, ou au mouvement d’harmonisation régionale des indicateurs de diagnostic et de mesure de la qualité de service des infrastructures.
 
L’ORQUASI va lancer son application web & smartphone #SmartCity
 
Proposée gratuitement aux adhérents, elle permettra aux citoyens de signaler à l’administration compétente les problèmes liés à l’espace public (nids de poule, pavés détachés, trottoirs dégradés, marquages en mauvais état, pistes cyclables effacées, revêtements abîmés,…)
 
En quelques clics, il sera ainsi possible de faire un signalement et ensuite, de suivre l’évolution de sa prise en charge par la collectivité. Un outil « back-office » permettra à la collectivité de mieux gérer les remontées citoyennes.
 
Le contexte qui a présidé à la création
 
La conjoncture économique est aujourd’hui défavorable à l’entretien des infrastructures…Entre 2008 et 2013, et dans le cadre de l’effort de redressement des comptes publics, l’Etat a par exemple diminué de 50 % le budget consacré au développement et à l’entretien des routes.
 
Entre 2014 et 2015, l’Etat ponctionne par ailleurs sa dotation aux collectivités de 3,5 milliards d’euros. Une stratégie qui a des conséquences directes sur les politiques d’investissements des collectivités.
 
En 5 ans, les départements ont ainsi réduit de près d’un quart leurs investissements dans les travaux publics. Un bilan en baisse qui concerne aussi la région Midi-Pyrénées, avec, par exemple, – 15 % d’investissements des collectivités en entretien routier entre 2011 et 2012.
 
De manière générale, les collectivités locales tendent à réduire leurs commandes d’infrastructures (- 6 % en 2013 au niveau national). Cette tendance a été aggravée par les changements structurels qu’ont connus les collectivités ces dernières années, tels que la suppression de la taxe professionnelle.
 
Le cas particulier de l’eau
 
50 % des 906 000 km de réseaux nationaux d’eau et d’assainissement datent d’il y a plus de 40 ans. 20 % d’entre eux sont fabriqués à partir de matières corrodables ou cassantes.
 
Par voie de conséquence, près d’1,3 milliards de m3 d’eau par an sont gaspillés en France en raison du mauvais état des canalisations. En Midi-Pyrénées, le taux de perte d’eau potable en cours d’acheminement est de 40 %, pour un taux de renouvellement des canalisations de seulement 0,38 % (et encore, 6 départements sur 8 affichent un taux de renouvellement inférieur à 0,25 %).
 
Selon l’observatoire, en France, 1,3 milliards de mètres cubes d’eau se perdent, avant d’arriver au robinet. Soit une perte de 20 % sur la totalité de notre ressource en eau, alors que 87 % des Français se disent extrêmement attentifs à leur consommation d’eau à la maison.
 
En Région Midi-Pyrénées, le bilan est inégal, mais tout aussi préoccupant. Quand l’agglomération toulousaine connaît un taux de fuite de 11 %, il s’élève à 14,8 % à Rodez, à 33,9 % à Cahors ou encore à 29,52 % à Tarbes. Ailleurs en France, les chiffres sur la vétusté des réseaux sont également alarmants. Dans les départements de la Manche ou l’Allié par exemple, on estime que les réseaux d’eau potable et d’assainissement atteignent180 ans.
 
Les canalisations sont aujourd’hui vieillissantes, dépassant de plusieurs dizaines d’années leur durée normale de vie : 75 ans. Pour l’heure dans la région, seuls 0,38 % de la totalité des réseaux d’eau potable et d’assainissement sont renouvelés, ce qui équivaut à une durée de vie moyenne de 260 ans.
 
Pour l’observatoire, attendre 260 ans pour s’atteler à l’état des lieux et au renouvellement des réseaux d’eau partout en France, ce serait :
 
-       Engager en urgence plus de 400 milliards d’euros (près d’un cinquième de la dette publique française d’aujourd’hui) aux travaux de rénovation, à raison, d’1,5 à 2 milliards d’euros par an.
-       S’accommoder d’un énorme risque sanitaire, eu égard à l’incidence que le vieillissement des réseaux peut avoir sur la qualité de l’eau potable. 60 % du réseau national est en effet constitué de matériaux susceptibles d'être dangereux pour la santé, tels que le plomb, la fonte ou le PVC.
 
Celui des routes et ponts
 
16 % du réseau routier non concédé est aujourd’hui estimé en mauvais état par le Schéma National des Infrastructures de Transports.
 
Sur les 200 000 ponts recensés en France, au moins un pont est chaque jour mis hors service en raison de son érosion ou d’un manque d’entretien. 20 % des ponts routiers en béton doivent être réparés en urgence. Or, la route représente en France 80 % de la mobilité, avec plus d’un million de kilomètres de voies.
 
Les voies ferroviaires :
 
En Midi-Pyrénées, le taux d’électrification des lignes du réseau régional (1 640 km de ligne) est très inégal selon les départements. Si l’Ariège affiche un taux de 100 %, contre 77 % en Haute-Garonne ou 66 % en Hautes-Pyrénées, ni le Gers ni le Tarn n’ont de ligne électrifiée.
 
La moyenne d’électrification des lignes en région Midi-Pyrénées est de 47 %, contre une moyenne de 53 % à l’échelle nationale.
 
L’électricité :
 
En France, la durée moyenne de coupures d’électricité est de 80 minutes pour les foyers français. En 2004, celle-ci était de 56 minutes (source : Commission de Régulation de l’Energie).
 
En Midi-Pyrénées, la durée moyenne des coupures s’élevait à 97 minutes en 2012 (le pic étant atteint dans le Lot, avec 139 minutes de coupures par an en moyenne, contre 54 minutes en Ariège). Source : ERDF.
 
Le site internet
 
http://www.orquasi.fr/

Nos propositions

proposition Think Tank DIFF 12-10 .pdf
Document Adobe Acrobat 1.1 MB

Présidentielles:       "ADRESSE AUX CANDIDATS" Version 2

adresse aux candidats 23 12 16 2.pdf
Document Adobe Acrobat 1.1 MB

Actualité

jeu.

13

juil.

2017

Notre actualité

Lire la suite

sam.

27

mai

2017

TGV « inOui » !

Lire la suite