Une start-up du BTP

L’Atelier des Compagnons, à Saint-Ouen, développe des objets connectés pour le bâtiment. Les visiteurs ont  l’impression d’être dans les locaux d’un futur Google…

… Ici le service prime sur la technique. On prépare  le BTP de demain . « Le problème du BTP, c’est son silence », déclare son patron. Nous publions l’article de  Thibaut De Jaegher, Usine digitale.

 

« L'Atelier des compagnons, le BTP connecté

 

Autant le dire tout de suite, ce n’est pas le secteur où l’on s’attend à découvrir les codes de la start-up. Pourtant, au siège de l’Atelier des compagnons, à Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis), on a l’impression d’être dans les locaux d’un futur Google. Un Iron Man vous accueille et le flux Twitter de la société s’affiche sur une télé. À l’étage, un baby-foot trône au milieu d’un immense lounge dans lequel on peut actionner une sirène chantant AC/DC.

 

Derrière une paroi vitrée se trouve une sorte de fab lab. Ici, la société développe des objets connectés pour le bâtiment et tente, par exemple, de réinventer le tuyau PVC grâce à une imprimante 3 D Replicator de Makerbot.

 

Pourtant, il s’agit bien d’une entreprise de BTP. L’Atelier des compagnons est spécialiste de la rénovation de bâtiments. Mais ses patrons, les frères Bertini, veulent réinventer leur secteur. Pas la technique, mais la manière de répondre aux attentes des clients. « Nous faisons un métier de service, dont le sous-jacent est la technique et non l’inverse », précise Michaël qui est passé par la finance avant de reprendre, avec son frère, la TPE de son père.

 

 « Il y avait trois plombiers et une secrétaire ! » Dix ans après, la TPE est presque devenue une ETI avec son chiffre d’affaires de 50 millions d’euros et 175 salariés. Objectif : 100 millions d’ici à 2018. « Par croissance organique, précise Michaël. Nous pourrions grossir plus vite. Nous ne voulons pas être les plus gros, mais les plus innovants, les plus “disruptifs”. »

 

Parole ? Pas seulement. L’ADC lab met au point des objets connectés pouvant contrôler l’humidité d’un mur ou traquer les fuites d’eau grâce aux sons des canalisations. Il « hacke » aussi les logiciels d’autres métiers et les adapte au BTP. Ce lab a développé un software pour réaliser les mesures sur les chantiers et code actuellement un ERP du bâtiment. Deux chefs de projet y travaillent toute l’année avec un budget de 700 000 euros. « Nous réfléchissons aussi à des modes de financement innovants, poursuit Michaël Bertini. Beaucoup de demandes de travaux n’aboutissent pas pour des questions de trésorerie. »

 

Casser les codes, c’est ce qui motive les deux frères. « Nos projets semblent décalés, mais, selon nous, ils seront la norme dans le BTP demain. » Au-delà des locaux ou de l’innovation, l’Atelier des compagnons assure s’être organisé pour lancer des chantiers en 48 heures. Il affirme aussi garantir à ses clients une information à chaque étape majeure d’un chantier. « Je ne vends pas du zéro problème, mais notre capacité à gérer.

 

 Le problème du BTP, c’est son silence. Nous, on informe le client », affirme le patron. Prochaine étape ? Mettre des imprimantes 3 D sur les chantiers. Pour que les artisans fabriquent leurs consommables in situ. L’un de ses clients serait déjà prêt à jouer les cobayes... »

Nos propositions

proposition Think Tank DIFF 12-10 .pdf
Document Adobe Acrobat 1.1 MB

Présidentielles:       "ADRESSE AUX CANDIDATS" Version 2

adresse aux candidats 23 12 16 2.pdf
Document Adobe Acrobat 1.1 MB

Actualité

jeu.

13

juil.

2017

Notre actualité

Lire la suite

sam.

27

mai

2017

TGV « inOui » !

Lire la suite