L’Ifsttar : en pointe pour la recherche et l’innovation

Jacques Tavernier avait  été élu président du conseil d’administration de l’Institut français des sciences et technologies des transports, de l’aménagement et des réseaux (Ifsttar) fin 2014. L’Ifsttar est en pointe sur bien des projets.

En effet, avec ses programmes de recherche « Route de cinquième génération » et « Sense City », l’Institut français des sciences et technologies des transports, de l’aménagement et des réseaux (Ifsttar) inscrit son action dans le vaste plan pour la transition énergétique

 

Une nouvelle gouvernance

 

Lors de son premier conseil d’administration à l’Institut français des sciences et technologies des transports, de l’aménagement et des réseaux (Ifsttar), l’ancien président-directeur général d’Eurovia s’est dit « heureux et fier de rejoindre le conseil d’administration d’un établissement de référence en Europe pour la recherche sur la ville, les territoires, les transports et le génie civil.

 

L’Institut  bénéficie à présent de son expérience  dans les domaines des infrastructures, de l’aménagement des territoires, des investissements structurants, mais aussi de son expérience de la gouvernance et des partenariats.

 

Route du futur et défi climatique

 

« Les recherches développées par les équipes de l’Institut français des sciences et technologies des transports, de l’aménagement et des réseaux (Ifsttar) ont pour finalité de répondre aux besoins sociétaux, dont le développement durable. Les questions d’adaptation aux changements climatiques font donc pleinement partie des objectifs de nos travaux de recherche. » a indiqué, au Moniteur,   Hélène Jacquot-Guimbal, directrice générale de l’Ifsttar.

 

Le projet de « Route de cinquième génération » est en plein développement, grâce à la  signature d’un accord-cadre avec le conseil général de Seine-et-Marne et l’établissement public d’aménagement Epamarne. Le projet t mis en œuvre consiste à  pour tester sur la route départementale RD 199, des systèmes techniques (cellules photovoltaïques, dalles piézo-électriques, tubes caloporteurs…) expérimentant ainsi  la « route du futur ».

 

La « route du futur », c’est selon l’Institut,  « une route capable de capter de l’énergie, voire d’en produire, et ainsi d’optimiser les flux énergétiques à l’échelle d’un territoire. L’ambition est  de contribuer ainsi de manière substantielle aux  besoins énergétiques du pays.

 

Prochaine inauguration de la « Mini-ville climatique »

 

Cela constitue l’un des temps forts de l’Ifsttar pour  2015. Cette maquette (20 x 20 x 6 m) intégrera un « équipement d’excellence » installé sur le site de l’institut, à Marne-la-Vallée (Seine-et-Marne). Sa livraison est programmée pour  2016.  Il s’agit d’une enceinte environnementale mobile de 400 m², unique en Europe, capable d’accueillir des maquettes réalistes des principales composantes de la ville, à savoir les bâtiments, les infrastructures, les réseaux de distribution ou encore les sous-sols.

 

Cette plateforme de R&D permettra  de vérifier les performances des  technologies nouvelles mises en œuvre, et en particulier des micro et des nano-capteurs. L’équipement offrira un cadre pour l’analyse des performances énergétiques des bâtiments et des quartiers. La qualité sanitaire du bâti (pollution de l’air intérieur), des réseaux urbains (transport, fluides), de l’air extérieur, ou encore des  sols et des eaux pourra également être testée et validée.

 

Priorité au développement durable

 

D’autres programmes de recherche peuvent être signalés. Il s’agit notamment du multi-recyclage des enrobés routiers (projets Mure et Improvmure), de l’harmonisation de la labellisation et de la certification des routes européennes en matière de développement durable (projet Ecolabel).

 

Les recherches développées par les équipes de l’Institut français des sciences et technologies des transports, de l’aménagement et des réseaux (Ifsttar) ont pour finalité de répondre aux besoins sociétaux, et aux impératifs du  développement durable, et l’ensemble des projets sont conduits dans ce cadre.

 

T. Lidolff

 

Jacques Tavernier :

 

Il débute sa carrière de polytechnicien en 1975 en rejoignant la direction départementale de l’Equipement de Seine-Saint-Denis. En 1983, il intègre la direction des routes au ministère de l’Equipement puis, en 1989, il devient directeur de l’Aménagement, de l’habitat et de la construction à la direction régionale de l’Equipement. En 1991, le cabinet du ministre de l’Equipement lui ouvre ses portes, où il occupe la charge de conseiller technique pour les routes et la sécurité routière. Après un passage de cinq années à la direction départementale de l’Equipement des Hauts-de-Seine, il rejoint, en 1998, les Autoroutes du Sud de la France comme directeur général, ce qui le conduira, de 2008 à 2014, à devenir président-directeur général d’Eurovia. Le 11 juin dernier, Jacques Tavernier a été élu à la tête de l’Union des syndicats de l’industrie routière française (Usirf).

Nos propositions

proposition Think Tank DIFF 12-10 .pdf
Document Adobe Acrobat 1.1 MB

Présidentielles:       "ADRESSE AUX CANDIDATS" Version 2

adresse aux candidats 23 12 16 2.pdf
Document Adobe Acrobat 1.1 MB

Actualité

jeu.

13

juil.

2017

Notre actualité

Lire la suite

sam.

27

mai

2017

TGV « inOui » !

Lire la suite