La rénovation des partenariats favorise l’investissement 

Les inquiétudes qui pèsent sur l'investissement public des collectivités territoriales sont vives, alors que celui-ci représente 70 % de l'investissement public national. Les facteurs négatifs…

… sont nombreux dans un « climat d’incertitude et d’indécision ». Ce sont les termes  d’Hubert du Mesnil dans la tribune publiée par les Echos.


Triptyque : qualité de service, cout, investissement


Le Président de l'Institut de la gestion déléguée(IGD) évoque la nécessité du pragmatisme dans les partenariats entre le public et le privé, et souhaite que les idéologies ne l’emportent pas sur l’efficacité et la performance des acteurs publics et privés.


Il conditionne la révision des modes de gestion au respect du triptyque : amélioration des services publics - réduction des coûts - poursuite de l'investissement.


J. Armand


Nous publions ci-contre son billet :

 

« Gestion déléguée : l'urgence d'innover »


Les inquiétudes qui pèsent sur l'investissement public et en particulier, sur les capacités d'investissement des collectivités territoriales sont vives, alors mêmes que ces dernières représentent 70 % de l'investissement public national.


Ces inquiétudes sont nées de plusieurs facteurs, comme la baisse des dotations qui limite les capacités d'investissement; la réforme territoriale qui modifie le périmètre d'action des collectivités et recèle encore beaucoup d'inconnues, mais aussi la réforme de la commande publique qui s'annonce dans le cadre de la transposition des directives européennes.


Tout cela crée un climat d'incertitude et d'indécision, dont les conséquences sur l'économie et l'emploi sont graves.


Dans le même temps, on peut formuler l'espoir que cette crise conduise enfin à un réel pragmatisme dans la gestion des services publics et dans la recherche de partenariats entre le public et le privé.


L'urgence commande en effet que le choix des modes de gestion des services publics et de l'investissement soient non seulement gagnants-gagnants, mais encore exempts de positionnements idéologiques qui n'ont plus cours. La réponse peut être utilement cherchée dans une combinaison de l'autorité et des compétences de la sphère publique avec l'efficacité et la performance des entreprises publiques et privées.


Cette conviction doit être rappelée au moment où il va falloir, dans les mois à venir, refondre les différents outils de la commande publique (marchés, concessions, contrats de partenariat) pour transposer les nouvelles directives européennes.


La règle qui doit conduire ces travaux doit être la recherche constante du triptyque amélioration des services publics - réduction des coûts - poursuite de l'investissement, fut-ce au prix de l'abandon de nos vieux démons qui n'ont aucune réalité dans les faits.


Fut-ce également au prix d'un effort d'imagination pour de nouveaux contrats, de nouveaux modes de financement, d'expérimentations même parfois, qui seuls permettront de soutenir l'investissement public dans un contexte où il est aujourd'hui malmené, sans omettre l'enjeu de compétitivité de nos entreprises engagées dans la compétition mondiale et une exigence constante d'innovation. »

Nos propositions

proposition Think Tank DIFF 12-10 .pdf
Document Adobe Acrobat 1.1 MB

Présidentielles:       "ADRESSE AUX CANDIDATS" Version 2

adresse aux candidats 23 12 16 2.pdf
Document Adobe Acrobat 1.1 MB

Actualité

jeu.

13

juil.

2017

Notre actualité

Lire la suite

sam.

27

mai

2017

TGV « inOui » !

Lire la suite