L'Afrique des villes est en marche

D'ici à 2050, le continent comptera 300 millions de citadins de plus. Pour les loger tout en réduisant les inégalités, une véritable révolution urbaine est nécessaire. Les grands projets sont déjà lancés. Mais les investissements seront-ils à la hauteur du défi ?Par exemple, sur la presqu'île artificielle de Lagos, au Nigeria, les grues s'activent pour la construction des premières tours d'un projet immobilier pharaonique…    

… digne de Dubaï. Baptisé Eko Atlantic, il devrait à terme accueillir 250 000 habitants sur 9 km2, avec pour ambition affichée de devenir le nouveau centre financier de l'Afrique de l'Ouest.


Il comprendra des immeubles futuristes abritant des bureaux et des appartements de luxe entourés de marinas. Les premières livraisons sont prévues pour 2020. Fruit d'un partenariat public-privé, ce projet estimé à 6 milliards de dollars (4,4 milliards d'euros) vise à donner un coup de fouet au développement de Lagos, mais il cristallise aussi les critiques. À quelques encablures du chantier, insalubrité, problèmes de transport et insécurité restent le lot quotidien de la grande majorité des habitants.


"Gérer la ville telle qu'elle est tout en préparant la cité de l'avenir, c'est un défi pour tous les dirigeants africains. C'est une enclave sur Victoria Island, qui tourne le dos à Lagos et ses 10 millions d'habitants. Je ne pense pas que ce genre de projet soit durable ni réplicable. Comment va-t-on rejeter les eaux ?" s'interroge Jean-Pierre Elong Mbassi, secrétaire général de l'organisation internationale Cités et gouvernements locaux unis d'Afrique (CGLU).


À l'opposé de la démesure d'Eko Atlantic, Kigali est perçu par beaucoup comme un modèle pour sa gestion urbaine, axée sur la responsabilisation citoyenne. Pays traditionnellement très rural, le Rwanda mise désormais sur sa capitale. Avec son million d'habitants, la ville se démarque par sa propreté et ambitionne de devenir un centre névralgique des services tout en développant le tourisme d'affaires. Une salle de conférences de plus de 2 000 places adossée à des hôtels et des bureaux est en construction. En mai, Kigali a d'ailleurs accueilli pour la première fois les assemblées annuelles de la Banque africaine de développement.


Lagos Eko Atlantic City DR JA2794p078 2En Afrique du Nord, Rabat axe notamment son développement sur l'offre culturelle. Le musée Mohammed-VI d'Art moderne et contemporain, qui occupera une surface de 6 800 m2 - pour un investissement estimé à 200 millions de dirhams (17 millions d'euros) - doit ouvrir ses portes en septembre.


Non loin de là, dans la vallée du Bouregreg, le Grand Théâtre de Rabat s'étendra sur un terrain de plus de 4 hectares avec une salle de 2 050 places, une autre de 520 places et un studio de création et de répétitions. Conçu par l'architecte Zaha Hadid, le complexe devrait accueillir le public en 2017. Son coût est estimé à 1,35 milliard de dirhams.


Alger, à l'image de Casablanca et de Rabat avant lui, a investi dans le tramway. La mise en service de la troisième extension de la ligne reliant Bordj el-Kiffan à Dergana sur près de 7 km est en effet annoncée pour la fin de l'année 2014. Actuellement, le tramway d'Alger, dont la ligne court sur 20 km, transporte déjà 1,8 million de personnes chaque mois.


Jean Armand


Nos propositions

proposition Think Tank DIFF 12-10 .pdf
Document Adobe Acrobat 1.1 MB

Présidentielles:       "ADRESSE AUX CANDIDATS" Version 2

adresse aux candidats 23 12 16 2.pdf
Document Adobe Acrobat 1.1 MB

Actualité

jeu.

13

juil.

2017

Notre actualité

Lire la suite

sam.

27

mai

2017

TGV « inOui » !

Lire la suite